FAQ

Foire aux questions

Foire aux questions

Pour répondre de manière rigoureuse à cette question, il n’est pas question de “puissance” lorsque l’on parle de batterie, mais de “capacité” ou “d’énergie disponible“, mesurée en watts-heures (Wh). La puissance est délivrée par le moteur du vélo.

Plus précisément, l’on parle de capacité en ampères-heures (Ah) et de tension en volt (V). Le produit des ces deux valeurs nous donne la capacité totale / l’énergie disponible dans la batterie qui peut aller de 300 à 1000Wh sur les vélo électrique actuels.

De cette valeur dépend l’autonomie de la batterie ; pour une batterie de 300Wh, l’on compte, selon l’usage qui en est fait, à partir de 40km d’autonomie, pour 400Wh environ 60km d’autonomie et pour 500Wh environ 80km d’autonomie.

La grande question ! Le meilleur vélo à assistance électrique est celui qui correspondra le mieux à l’usage que vous en aurez. Que ce soit pour le sport, les balades en forêt ou à la ville, le vélotaf ou pour un peu de tout cela à la fois, l’on ne peut se tourner vers un seul et unique modèle. Le vélo qui sera VOTRE meilleur vélo à assistance électrique est à déterminer avec un conseiller en magasin qui saura vous diriger vers le modèle le plus adapté à vous au prix le plus juste.

Petite indication tout de même : un vélo électrique de très bonne qualité ne peut s’acquérir en dessous d’environ 1 500€. Les vélos Uniques sont des vélos électriques de grande qualité, conçus et assemblés à Besançon. Tous les modèles visibles sur notre site Internet sont payables jusqu’à 10 fois sans frais ou disponibles en location longue durée (LLD) et la première révision de votre vélo chez Uniques vous est offerte.

Le mieux reste d’accompagner votre réflexion et celle des conseillers Uniques d’un test gratuit du vélo électrique de vos rêves afin de vous assurer que votre choix est le bon.

Nos boutiques :

  • 84 avenue Maréchal de Saxe, 69003 LYON
  • 724 avenue de Chambéry, 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE

Même si ces deux moyens de transport sont bien différents, l’on peut se poser la question quant à celui à privilégier, surtout pour des déplacements en ville.

Un vélo électrique est certes bien plus onéreux qu’une trottinette électrique, mais permet de transporter aisément des charges lourdes comme des enfants sur le chemin de l’école ou des courses. Notre modèle Equo Cargo Power 4.1 inspiré des vélos japonais est par exemple idéal pour cet usage.

Si la trottinette permet de se faufiler un peu partout en ville, le niveau de sécurité pour l’utilisateur est moindre et la légalité quant à son usage reste assez floue alors que le vélo bénéficie du développement d’infrastructures de plus en plus adaptées.

La trottinette gagne un point pour ce qui est de sa transportabilité. Pour autant, les vélos à assistance électrique ne sont pas en reste ; il existe des marques telles que Eovolt spécialisée dans les vélos électriques pliants légers. Ultra compacts, ils sont idéaux pour du multi-modal (l’utilisation de différents moyens de transport pour un seul déplacement) et facile à ranger dans de petits logements dépourvus de parking.

N’hésitez pas à nous demander conseil. Notre équipe qualifiée saura déterminer le vélo électrique qui vous convient en adéquation avec votre budget.

Une bonne fois pour toute, éclaircissons cette zone d’ombre : un “vélo électrique” est un vélo qui est mis en mouvement à l’aide d’une gâchette et qui ne nécessite donc pas que l’utilisateur pédale pour le faire avancer. Ce type de véhicule est interdit par la loi dans notre pays.

La dénomination de “vélo électrique” pour désigner un vélo équipé d’un moteur électrique et d’une batterie est donc un abus de langage. Le terme consacré est “vélo à assistance électrique”. C’est un peu plus long, mais néanmoins correct.

On trouvera un vélo électrique de qualité à partir d’environ 1 500€ pour un modèle électrique pliant et léger. Ultra pratique à emmener avec soi et à ranger dans un petit logement.

Des vélos électriques, il y en a pour tous les goûts, tous les styles et tous les usages. N’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe d’experts afin de déterminer au mieux les modèles qui correspondent à vos besoins et vos envies.

Si votre batterie de vélo électrique ne se recharge plus, cela peut être la conséquence de problèmes divers.

Tout d’abord, il peut s’agir d’un problème de chargeur. Vous pouvez dans un premier temps vérifier si votre batterie se recharge avec un autre chargeur fonctionnel.

Si cela ne fonctionne pas, le problème ne vient donc pas du chargeur, mais sûrement de la batterie. Pour en avoir le cœur net, Uniques propose le test de batterie. En fonction du résultat de ce test, nous pouvons vous proposer un reconditionnement de votre batterie qui assure une compatibilité à 100% et une garantie 2 ans.

Il est tout à fait possible de recharger la batterie d’un vélo électrique grâce à un panneau solaire.

Pour preuve, un groupe d’étudiants a créé un projet appelé le Trip Solaire ayant pour objectif de faire le tour de la région Auvergne Rhône-Alpes avec l’un de nos modèles en autonomie complète en ayant seulement recours à l’énergie solaire pour en recharger la batterie.

Le Trip Solaire, ou la preuve qu’un vélo électrique peut fonctionner à l’énergie solaire !

Le vélo électrique, mais un cran de plus dans la démarche écologique ! 

Les batteries des vélos électriques n’aiment pas trop le froid.

Leur utilisation en plein froid est évidemment tout à fait possible, mais s’il est question de les stocker sur de longues périodes, il est conseillé de les déposer dans un endroit dont la température ne pourrait être inférieure à 15 °C.

À SAVOIR : En utilisation, le froid peut faire perdre environ 30% d’autonomie à votre batterie.

Les vélo électriques sans pédales n’existent pas d’un point de vue légal. Seuls les vélos à assistance électrique (pourvus de pédales actionnées par la force humaine et déclenchant une aide électrique) sont reconnus par la loi, ils sont donc les seuls à pouvoir être commercialisés.

BON A SAVOIR : en France, il est interdit de posséder un vélo pouvant dépasser les 6km/h sans mouvement mécanique et un vélo électrique ne doit être en mesure de dépasser les 25km/h. Au delà, nous parlons de speedbikes, des cyclomoteurs pouvant atteindre les 45 km/h.

Un vélo à assistance électrique peut être débridé. Cependant, cette pratique est totalement illégale. La réglementation impose un bridage à 25km/h.

Au-delà de l’aspect purement légal, c’est ici une question de sécurité du conducteur ainsi que des autres usagers de la route : les composants des vélos à assistance électrique et leur résistance sont étudiés pour des vélos atteignant une vitesse maximale de 25km/h. Dans le cas d’un débridage du moteur, la garantie de votre vélo ne serait plus prise en compte et vous risquez de graves accidents.

Conclusion : on ne débride pas son vélo électrique.

Mais si la vitesse est vraiment un critère de choix pour vous, plutôt que d’essayer de débrider votre vélo électrique, nous vous recommandons de vous diriger vers les speed bikes, des vélos électriques pouvant atteindre les 45km/h en toute légalité. À vrai dire, ces engins ne sont plus considérés comme des vélos légalement parlant, mais comme des cyclomoteurs. Leurs propriétaires se doivent donc de respecter la légalité qui en découle (immatriculation, assurance, port d’un casque homologué…).

Les capacités de la batterie d’un vélo électrique commencent à décliner au bout de 5 ans environ.

Voici nos conseils afin de préserver au maximum la durée de vie de votre batterie :

Idéalement, votre batterie doit être stockée dans une pièce dont la température se situe entre 15 et 20 degrés lorsque vous ne vous en servez pas pendant un long moment. Il faut aussi toujours laisser la batterie chargée à un niveau situé entre 50 et 75% de sa capacité lors d’un stockage prolongé.

Pour une utilisation quotidienne, vous pouvez recharger votre batterie à tout moment, mais veillez à ne jamais débrancher une batterie avant quelle n’ait atteint sa pleine capacité de charge (100%).

Toutes les batteries de tous vélos à assistance électrique sont remplaçables par une batterie de rechange. Comptez entre 500 et 800€ pour vous en procurer une.

N’hésitez pas à consulter notre article de blog pour en apprendre davantage sur l’entretien de votre vélo électrique.

Les vélos Uniques sont en taille unique et ont été conçus pour s’adapter à toutes les morphologies, notamment grâce à leurs cadres ouverts et leurs potences réglables. Mais nous les prescrivons dans l’idéal à des personnes mesurant entre 1,60m et 1,90 m.

Les vélos électriques conçus par la marque Eovolt, pliants et légers, sont également proposés en taille unique.

En revanche, les deux autres marques que nous distribuons, Stromer et Orbea proposent différentes tailles de cadres, visibles sur leur sites Internet. Nous vous recommandons de nous consulter afin de vous conseiller au mieux la taille la plus adaptée à votre morphologie.

Nous ne le répèterons jamais assez : le mieux est toujours d’essayer les modèles afin d’éviter les mauvaises surprises, ou bien, au contraire, d’être agréablement surpris.

Un vélo à assistance électrique est un vélo disposant d’un moteur et d’un batterie. Selon le type de moteur, dans le pédalier ou dans la roue, le fonctionnement du vélo sera différent.

Pour faire simple : le moteur dans la roue est un moteur à courant continu. Le capteur qui va donner l’information de pédalage au moteur est un capteur de présence. Lorsque vous pédalez, votre moteur va tourner, peut importe la force avec laquelle vous appuyez sur la pédale.

Le moteur pédalier est lui un moteur à courant proportionnelle. Associé à un capteur de couple, il va faire tourner le moteur de manière proportionnelle à votre pédalage. En clair, plus vous appuyez fort, plus vous irez vite, ce qui donne un ressenti très naturel idéal pour le VTT et les franchissement, par exemple. Vous pouvez trouver également d’autres types de moteurs mais le principe restera sensiblement le même.

À noter que la marque suisse Stromer utilise par exemple des moteurs roue arrière très puissants associé à des capteurs de couple. Leurs modèles, pouvant atteindre les 45km/h, ne sont plus considérés comme des vélos à assistance électrique à proprement parler, mais comme des cyclomoteurs avec toutes les normes qui en découlent.

S’il ne fait pas forcément maigrir, le vélo électrique a énormément de vertus, au même titre que n’importe quelle activité physique. Il apporte un bien-être et un confort de vie très appréciable. Parmi ses plus grands bénéfices : une diminution conséquente du stress dans les trajets quotidiens et l’envie d’en faire toujours plus, alors que l’effort que demande un vélo classique peut en rebuter plus d’un(e).

Le vélo électrique permet une dynamisation du corps et une réathlétisation en douceur puisqu’il s’agit d’un sport porté au cours duquel tous les muscles du corps sont sollicités. Il prévient les traumatismes semblables à ceux qui peuvent être produits lors de la course à pieds, par exemple, et son utilisation quotidienne peut tout à fait vous mener vers un amincissement à moyen terme.

De plus, il ne faut pas oublier que vous pouvez parfaitement doser votre effort en jouant avec le réglage de l’intensité de votre assistance électrique.

Entre un vélo électrique et un vélo mécanique, le choix peut s’avérer difficile. Et il dépend essentiellement de vous ; de votre pratique du vélo, de vos habitudes, de vos attentes, de votre budget, de vos déplacements… Ce sont les points sur lesquels l’équipe Uniques s’appuiera pour vous conseiller au mieux.

Vous en avez assez de votre voiture ou des transports en commun pour vous rendre tous les jours sur votre lieu de travail ? Mais le trajet présente du dénivelé et vous ne voulez pas arriver en transpirant au boulot ou à la maison ? C’est assurément un vélo électrique qu’il vous faut.

Le budget reste souvent l’obstacle le plus important à l’acquisition d’un vélo électrique. Des aides cumulables existent pour vous aider dans votre démarche et elle sont applicables aux modèles en promotion sur notre site Internet (onglet Bonnes affaires).

À l’heure actuelle, il n’y a aucune obligation d’assurer un vélo électrique. En revanche, nous vous le recommandons fortement afin de vous éviter de mauvaises surprises !

Seuls les speedbikes (vélos pouvant atteindre les 45km/h) ont l’obligation d’être assurés puisqu’ils font partie de la famille des cyclomoteurs. À ce titre, ils doivent être immatriculés et assurés.

Oui, les vélos électriques pliants existent et sont même de plus en plus plebiscités pour leur polyvalence et leur praticité. Ils sont très maniables et compacts, ce qui implique qu’ils peuvent être emmenés partout, y compris dans les transports en commun pour des déplacements multi-modaux. Ceci peut permettre l’adoption du vélo électrique et du vélotaf par des habitants très excentrés des centres-villes où ils travaillent.

Modèle pliant de la marque Eovolt

Pour faire simple, le moteur dans la roue est un moteur à courant continu. Le capteur qui va donner l’information de pédalage au moteur est un capteur de présence. Lorsque vous pédalez, votre moteur tourne, et ce, peu importe la force avec laquelle vous appuyez sur la pédale.

Le moteur pédalier, quant à lui, est un moteur à courant proportionnel. Associé à un capteur de couple, il va faire tourner le moteur de manière proportionnelle à votre pédalage. Plus vous appuyez fort plus vous irez vite, ce qui donne un ressenti très naturel, idéal pour le VTT et les franchissements, par exemple.

Vous pouvez trouver également d’autre type de moteur mais le principe restera sensiblement le même.

Recharger sa batterie de vélo électrique en roulant est une possibilité qu’offrent certains modèles très haut de gamme, donc à des prix bien plus élevés que la moyenne. C’est notamment le cas de la marque suisse de speedbikes Stromer, dont tous les modèles disposent de la récupération d’énergie.

Les vélos électriques seront tous aussi rapides puisque leur assistance électrique est toujours bridée à 25km/h, tel que l’exige la loi. Vous pouvez rouler à une allure plus élevée, mais cela sera sans assistance électrique.

Si vous cherchez à aller encore plus vite, ce n’est plus un vélo électrique qu’il vous faut, mais un speedbike. Ces véhicules peuvent atteindre les 45km/h, c’est pourquoi ils font partie de la catégorie des cyclomoteurs. À ce titre, leurs propriétaires doivent en respecter la réglementation et porter un casque adapté, immatriculer et assurer le speedbike…

Mais les spécialistes de la vitesse, c’est décidément Stromer.

La pluie n’a aucune incidence sur la pratique du vélo à assistance électrique, quel qu’en soit le modèle. En effet, la batterie et le moteur sont des éléments conçus pour être parfaitement étanches à la pluie.

En revanche, et vous vous en doutez certainement, vous aurez besoin d’un bon équipement pour ne pas arriver trempé comme une soupe au bureau. Un large poncho pour couvrir la tête, le buste et les cuisses, une paire de gants imperméables et des surchaussures et vous êtes parfaitement prêt pour affronter la pluie… et avec un style indéniable !

Une batterie de vélo électrique ne craint pas l’eau à proprement parler puisqu’elle est enfermée dans un boîtier plastique, ce qui la rend résistante à l’eau de pluie ainsi qu’aux éclaboussures (eh oui, avec un bon équipement, la pluie n’est pas argument en faveur de l’usage de la voiture).

En revanche vous ne devez surtout pas laver votre vélo à assistance électrique à l’aide d’un jet à haute pression car l’eau risquerait de s’infiltrer dans le boîtier.

Si vous doutez un peu quant à la manière de prendre soin de votre vélo classique comme électrique, n’hésitez pas à consulter notre article de blog dédié au sujet en cliquant ici.

Vous pouvez recharger la batterie d’un vélo à assistance électrique quand vous le souhaitez et où vous le souhaitez,
puisque seule une simple prise électrique est nécessaire. C’est aussi simple que de recharger un téléphone portable !

La seule consigne à retenir est de ne jamais débrancher le chargeur avant que la batterie de votre vélo ne soit
totalement rechargée
.

Pour savoir où vous en êtes niveau charge, aidez-vous de la LED présente sur le chargeur. Elle est rouge lorsque la batterie est en charge et devient verte lorsque la batterie est chargé à 100%. On la débranche donc seulement lorsque la lumière est verte !

Bien sûr, il est difficile de comparer une voiture à un vélo électrique en tant que tel, mais leurs utilisations peuvent être sensiblement les mêmes.

La voiture est bien sûr indispensable pour parcourir de longs trajets ou pour transporter des affaires lourdes ou encombrantes. Mais elle nous sert principalement à nous rendre seul sur notre lieu de travail (autosolisme, quand tu nous tiens…) et les frais qui y sont liés sont très élevés.

Pourtant, dans la plupart des cas, nos trajets domicile-travail sont parfaitement réalisables en vélo puisqu’ils impliquent de parcourir moins de 20km. Cela prendra moins d’une heure avec un vélo électrique classique et environ 30 minutes à dos de speedbike.

En ville, le vélo sera même plus rapide que n’importe quel autre moyen de transport. Exit les bouchons et les difficultés à trouver une place de parking au plus proche de votre destination. Résultat : vos déplacements ne sont plus source de stress, votre qualité de vie augmente, sans compter que vous apportez vous pierre à l’édifice d’un monde plus durable dans votre vie quotidienne et que vous pratiquez un sport de manière régulière.

Suivant les modèles, l’on peut enlever la batterie de son vélo à assistance électrique… ou non.

La plupart de nos modèles sont équipés de batteries plus ou moins intégrées qui peuvent tout à fait être enlevées. Elles sont sécurisées par une serrure qui doit être déverrouillée manuellement, ce qui procure une belle tranquillité d’esprit.

En revanche, et dans de rares cas, le constructeur peut privilégier l’intégration complète de la batterie qui est alors inamovible. C’est le cas de la gamme Gain chez Orbea, par exemple. Les batteries, beaucoup plus fines, ne sont même plus visibles. Les vélos deviennent plus légers et en tout point semblables à des vélos classiques.

Il n’y a rien de plus simple que de recharger un vélo électrique : il vous suffit de disposer d’une prise électrique et d’y brancher le câble d’alimentation de la batterie du vélo. Cela peut se faire soit sur le lieu de stockage du vélo, soit dans une autre pièce car les batteries sont démontables afin de pouvoir recharger facilement son vélo à assistance électrique où l’on veut et quand on veut, exactement comme un téléphone portable.

Un vélo à assistance électrique, de par les composants de son système électrique (moteur, batterie) qui sont ajoutés à sa structure mécanique, est nécessairement plus lourd qu’un vélo classique. Comptez entre entre 20 et 25 kilos pour un VTC ou un vélo urbain.

Cette donnée peut varier grandement d’un modèle à l’autre selon l’usage : nos modèles les plus légers sont les vélos de route électrique Gain carbone de la marque Orbea avec leur système électrique parfaitement intégré et leurs 11 kilos. À l’inverse, nos vélos les plus lourds sont les speed bikes de la marque Stromer qui flirtent avec les 30 kilos.

La bonne alternative à un usage urbain/VTC peut être le vélo pliant, représenté par la marque Eovolt dans nos magasins, avec ses modèles compacts et puissants à partir de 14 kilos.

Le mieux reste de venir manipuler le vélo en boutique afin de se rendre compte des limites que le poids de votre futur VAE est susceptible de vous imposer.

Nous contacter